lundi 16 décembre 2013

Mes reindeer cookies

Allez, je ressucite un instant mon pauvre petit blog pour partager ue recette de Noël testée hier.

J'adore Noël, le réveillon, le déballage des cadeaux, passer du temps en famille et surtout : préparer tout ça joyeusement ! Du coup, le mois de décembre chez moi, c'est sapin, décos faire maison, musique de Noël en fond sonore et cuisine à thème.

Sur Pinterest, j'avais vu passer une photo de "rindeer cookies", des cookies en forme de tête de rennes, qui m'avait bien plu, du coup, ce week end, j'ai décidé de tenter ma propre recette ! J'ai repris une recette de cookies au beurre de cacahuètes qui provient d'un vieux livre de recette, que j'ai un peu adapté à ma sauce.



Pour faire ces mignons reindeer cookies, il vous faudra :

- 225 g de farine,
- 1 sachet de sucre vanillé,
- 2 cuillères à soupe de chocolat en poudre,
- 1 pincée de sel,
- 1/2 cuillère à café de levure chimique,
- 100 g de beurre mou (1/2 sel, toujours !!),
- 120 g de purée de cacahuètes (ou beurre de cacahuètes, en réduisant éventuellement la quantité de sucre),
- 170 g de sucre,
- 1 oeuf,
- 1 cuillère à soupe de miel,
- des bonbons rouges (smarties ou, ce que j'ai utilisé, des floppys coupés en 2)
- des bonbons noirs/marrons pour les yeux (mini smarties, dragibus, ou billes en chocolat que j'ai collé sur du glacage blanc)
- des bretzels Ancel.

Mélanger la farine, le sucre vanillé, la levure chimique et le chocolat en poudre dans un saladier.

Dans un deuxième saladier, mélanger le beurre mou et la purée de cacahuètes, puis ajouter le sucre, puis l'oeuf et enfin le miel. Bien mélanger pour obtenir une pâte bien lisse.

Verser le mélanger sec dans la pâte et bien mélanger, puis malaxer à la main.

Former des boules d'environ 30g et les aplatir, et pincer un peu pour donner une forme de museau.

Poser sur une plaque recouverte de papier de cuisson, et enfourner pour 10 15 mn à 180°C.

Une fois cuist, il faut profiter du fait que les cookies soient encore chauds et mous pour placer les décos : deux bretzels pour les bois (chez moi, ça ne tenait plus une fois le cookie refroidi, du coup, je les ai recollés avec du caramel), un bonbon rouge pour le nez et deux bonbons marrons/noirs pour les yeux (l'avantage de coller avec du glaçage, c'est que ça fait le blanc des yeux !).

Y'a plus qu'à déguster, au goûter, avec un verre de vin chaud par exemple (esprit de Noël ou pas esprit de Noël ?!)

Joyeuses Fêtes !
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 21 août 2013

Curry d'aubergine, 100 % végéta*ien

Contrairement à ma recette, je ne suis pas 100 % végétarienne (comme je l'ai déjà expliqué ici), par contre, je suis totalement convaincue qu'on devrait tous diminuer sérieusement la quantité de viande qu'on mange. 
Et puis, réaliser quelques recettes végéta*iennes, ça présente l'avantage de faire utiliser d'autres ingrédients, de découvrir de nouvelles saveurs, et ça, ça ne peut que me plaire !

Du coup, aujourd'hui, au menu, c'était curry d'aubergine, avec les aubergines du jardin, cueillies et immédiatement cuisinées, on ne peut pas plus frais !

Je me suis inspirée d'un plat que j'ai mangé en janvier dernier au Gange, un restaurant indien à Rennes, que je recommande trèèès fortement : très bon, pas cher, et le décor est magnifique ! Dans ce plat, la base de la sauce était de la crème fraîche, et si un la crème fraîche passe très bien en janvier, en août, quand il fait plus de 25° à l'ombre, ça me tente moins ! J'ai donc fouillé dans mon frigo pour voir ce qui pourrait remplacer la crème et j'ai trouvé : du TOFU SOYEUX * ! On ajoute à ça du riz, et paf, ça nous fait un plat bien équilibré en termes de protéines (la fameuse association céréales-légumineuses !)

Après cette introduction à rallonge : LA RECETTE !

Curry d'aubergine végéta*ien

Ingrédients (pour 2 personnes) :
    - une grosse aubergine
    - 300 g du tofu soyeux
    - huile de tournesol
    - ail
    - curry
    - sel, poivre

Laver l'aubergine et la couper en petits cubes (environ 1 cm de côté). Personnellement, je n'épluche pas l'aubergine, du moment qu'elle est bio (ou qu'elle vient de mon jardin, ce qui est quasi la même chose).

Faire chauffer une cuillerée à soupe d'huile de tournesol dans une poêle, et y faire revenir les cubes d'aubergine. Continuer un peu la cuisson à feu doux.

Pendant que ce temps, mixer le tofu soyeux avec le curry (environ 2 cuillerées à café), le sel et l'ail (j'ai utilisé de l'ail séché en poudre, juste quelques grains, sinon, l'ail va couvrir tous les autres goûts !). (Si vous avez pas de mixer, il suffit de l'écraser et de le fouetter un peu à la fourchette.)

Verser la préparation sur les aubergines, et laisser mijoter. Si la sauce épaissit trop, il suffit de rajouter un tout petit peu de lait de soja, ou tout simplement de l'eau. Et voilà, c'est prêt ! Un peu de riz (basmati, mon préféré !) et y'a plus qu'à déguster !

Feuille de basilic uniquement décorative ^^

* Pour ceux-celles qui ne connaissent pas, le tofu soyeux, c'est du "lait" de soja caillé (grâce à du nigari = chlorure de magnésium) et pressé, mais pas autant que le tofu ferme, ce qui lui donne une texture comparable au flan. Du point de vue nutritionnel, c'est intéressant car il contient peu de matières grasses, et pas mal de protéines (ce qui est intéressant aussi au niveau texture !). Du point de vue organoleptique, ça a un goût très peu prononcé, ce qui est aussi un aussi un avantage, car il peut être utilisé aussi bien dans les plats salés que les desserts.
Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 8 août 2013

Instagram et quelques nouvelles en vrac !

Comme un bon mouton que je suis, il y a trois mois, j'ai fini par craqué et échanger mon maaaagnifique téléphone de Barbie contre un smartphone ! (je ne suis qu'un demi mouton, depuis le temps que les smartphones existent, j'ai quand même résisté pas mal de temps !)

Bref, je découvre donc le monde merveilleux de l'écran tactile et des applis, plus ou moins inutile (très souvent pas très utile, faut l'avouer).

Dans le tas, y'a une appli a priori très connue, nommée Instagram, qui te permet de faire croire que t'es trop doué-e en photo, grâce à des filtres, qui transforment une banale table d'apéro en chef-d'oeuvre (ou pas).

J'ai mis dans le bandeau du blog un lien vers mon profil Instagram si ça vous intéresse. En attendant, je vous fais une petite sélection de photos prise depuis quelques semaines, si ça vous intéresse de voir ce que je deviens quand je met pas le blog à jour !

On y retrouve donc mon chat et mes ongles principalement, et de la bouffe, du jardin, des vacances...

Et sinon, pour les nouvelles en vrac, l'achat de la maison avance ; on a choisi la banque, on va recevoir l'offre définitive de prêt en fin de semaine et la signature chez le notaire est prévue pour le 30 août. En fonction des futurs-ex propriétaires, on pourra peut-être emménager un peu avant.

Du coup, en attendant, je fais les cartons ! Et j'aime pas çaaaaa ! Autant, défaire les cartons, trouver une place pour chaque chose, ça me plait, mais mettre tout en cartons, ça me gonfle. Je sais pas par où commencer, et surtout, comme je sais pas encore pour quand est prévu le déménagement, je sais pas quoi mettre en cartons, et quoi laisser à disposition. Bref...

Ce mois d'août va donc tourner tout particulièrement autour de notre transhumance, après une première moitié de vacances bien remplie : accident de voiture (pas grave), chute de vélo et fracture du bras (pas trop grave), mission Urgences de mon trou paumé jusqu'à Rennes sans voiture (taxi + train + métro + bus : épique), 4 jours de Vieilles Charrues, 3 jours de chantier Montage de serres, en mode camping, mariage, 80 ans du grand-père... Bref, j'ai pas vu ce premier mois passer !

Il faudrait que je retravaille un peu mes cours, mais là, j'avoue que j'ai un peu la fleeeeeeemme. Surtout que j'attend de la part de ma proviseure la confirmation qu'elle s'est plantée et que je vais bien avoir les classes prévues et non pas récupérer des cours qui ne m'intéressent pas dans une classe qui ne sera pas intéressée par mes cours...

Bref, un bon été à toutes-tous, et bonnes vacances pour ceux-celles qui sont concernées !
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 25 juin 2013

Des nouvelles en vrac (2)

Je suis vivaaaaante !

C'est un peu la mort ici, j'ai trois articles en mode brouillon, mais en fait, en ce moment, le programme est un peu chargé !

Non seulement, c'est la fin de l'année scolaire, il a fallu boucler les programmes, caler les derniers CCF (contrôle en cours de formation) et les corriger, puis préparer les élèves aux exam (épreuves blanches, répétition/correction d'oral), réunions de préparation de la rentrée prochain et cette semaine, 4 jours à Nantes en tant que jury de soutenance de stage.

(La semaine prochaine, encore plein de réunions, mais vendredi : VACANCES !)

Au milieu de ce programme boulot chargé, j'ai des temps libres, qui n'ont de libres que le nom : je suis bien occupée à contacter banque et assurance parce que ON VA ACHETER UNE MAISON !

Et oui, après à peine 2 mois et demi de recherche un peu "juste comme ça", on a trouvé la maison parfaite, rustique mais bien rénovée, avec un graaaand terrain et pas chère !! ('fin, tout est relatif quoi !).

Je vous mettrai des photos plus tard (pour le moment, j'ose pas trop, c'est pas encore chez nous et y'a encore des gens qui habitent dedans, du coup, mettre des photos sur internet, je sais pas trop si ça se fait).

Bref, encore 2 petites semaines, et je reviens à la vie blogesque. En attendant, vu que j'ai enfin craqué pour un smartphone (Galaxy SIII !!), j'ai pu ouvrir un compte Instagram, où je publie des petits bouts de vie (et des ooooongles !). Ca se passe ici.

Bisous !


Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 2 mai 2013

Velouté glacé d'asperges - vinaigre et framboises

Je suis encore en vacances, du coup, j'ai du temps pour blogguer et de l'inspiration ! Du coup, une petite recette simplissime, ça vous dit ?

J'adore les asperges, ici on en achète de temps en temps, en conserve généralement, et on les mange juste réchauffées, avec de la crème épaisse (c'est ça d'avoir une Normand à la maison). Mais pour une fois, j'ai eu envie de changer un peu, et je me suis inspirée d'une recette de ce livre (d'ailleurs, ça fait looongtemps que j'ai prévu de parler de ce super bouquin, je vais me coller un post-it pour y penser !).

Comme je disais donc, la recette la plus simple du monde. Pour 2 personnes, il vous faut :

     - un grand bocal d'asperges blanches (700g avec le jus je crois)
     - une cuillère à soupe de crème épaisse (ou "crème" de soja, oui oui, ça marche aussi)
     - du sel et du poivre
     - du vinaigre balsamique
     - une poignée de framboises, fraîches ou surgelées selon la saison
     - un mixer (blender ou girafe, on s'en fout du moment que ça mixe)
     - un bac à glaçons

Première étape, la plus compliquée parce qu'il faut anticiper : prenez le bac à glaçon, mettez une ou deux framboises dans chaque case (en gros, 3 glaçons par personne ça ira), versez un peu de vinaigre balsamique (de quoi presque remplir la case) et mettez au congélateur au moins une heure.

Deuxième étape : dans une casserole ou dans le bol du mixer/blender, versez les asperges et leur jus et mixez un bon moment pour obtenir quelque chose de bien lisse, vous pouvez ajouter un peu d'eau si le velouté vous parait trop épais. Ajoutez la crème et mixer encore pour homogénéiser le tout. Assaisonnez,  mais faites gaffe : le jus est déjà un peu salé ! Pour ajouter un peu de saveur, j'ai utilisé du sel de céleri, mais juste un peu, parce que le goût est assez fort.

Vous pouvez mettre au frigo en attendant que les glaçons prennent, et après, y'a plus qu'à servir, poser 2-3 glaçons dans chaque bol, et déguster une fois que les glaçons ont un peu fondu ! C'est nickel pour une entrée, ou pour un repas léger le soir.
Photo moche, la soupe n'est pas très photogénique !

Sur la photo, c'est l'option "tête-en-l'air/j'ai oublié de faire les glaçons, j'ai faim" (quand je vous disais que c'était l'étape la plus compliquée ^^) : au lieu de faire mettre le vinaigre à congeler, j'ai pris des framboises surgelées que j'ai "enrobé" de vinaigre balsamique, ça marche aussi très bien, mais c'est moins joli (d'où la petite feuille de mélisse pour la déco !)
Rendez-vous sur Hellocoton !

mardi 30 avril 2013

Des petits points !

Les vacances c'est cool, ça laisse le temps de chercher l'inspiration, et de se vernir les ongles sans avoir à tous gâcher en enfilant sa veste, ses chaussures, en ouvrant la portière....

Du coup, je vous présente la manucure du jour : des petits pois, option Barbie (et oui, j'aime le rose !)

 

Ce qui est marrant, c'est que ce matin, j'ai fièrement envoyé la photo à ma collègue vernis-addict, qui ma répondu avec sa manucure du jour : la même, option chocolat ! Les grands esprits se rencontrent, on dit !
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 17 avril 2013

Des nouvelles en vrac

Et si, entre les recettes et les photos de vernis, je vous racontais un peu ma vie ?

* Après une journée à décéder, je ressuscite doucement ! Le printemps qui arrive, le soleil qui revient ? RAB, mon système immunitaire a décidé qu'il avait été trop costaud pendant ce long hiver et a craqué : hier, je me suis réveillée toute patraque, vertiges, nausées et maux de tête. J'ai cru que j'allais quand même pouvoir aller bosser, j'ai donc commencé à me préparer, jusqu'à ce que je réalise que j'allais pas être en état de me cogner 1h30 de route. Je me suis donc remise sous la couette, en pyjama MAIS parfaitement maquillée et coiffée (d'ailleurs, faudra qu'on m'explique pourquoi c'est précisément CE jour-là que j'ai réalisé 2 traits d'eye-liner parfaits et symétrique, hein ?). Donc concrètement, journée toute pourrie, à base de nausées, bonne fièvre, frissons et courbatures (j'étais à deux doigts de chialer comme une gamine dans la salle d'attente en fin de journée). Et en bonus, un sentiment de culpabilité de pas aller bosser, qui heureusement s'est un peu estompé quand je me suis rendue compte que ma température dépassait 38,5°. Aujourd'hui, ça va mieux, plus de fièvre, presque plus de courbatures, mais toujours 2 de tension et 0 appétit. Ca ira mieux demain !

* Malgré ma défaillance immunitaire, je ne peux que saluer à grands cris le retour du beau temps ! Dimanche, on a passé la journée à jardiner, j'ai même bronz rougi... Un bon shoot de vitamine D qui fait du bien au moral, pourvu que ça dure !

* Depuis que le Normand a signé son CDI, on a commencé à regarder les annonces immobilières, "juste pour voir". Et puis l'autre jour, j'avais rendez-vous avec mon banquier, et on a tâté le terrain question budget, toujours "juste pour voir". Et paf, comme par hasard, c'est à ce moment qu'on a repéré la maison a priori parfaite, alors qu'à la base, le créneau, c'était plutôt un achat d'ici 1 ou 2 an ! On y a beaucoup pensé pendant plusieurs jours, et on s'est dit qu'en allant visité, on serait fixés. On a donc visité, et niveau questionnement, c'est encore pire ! La maison est effectivement quasi-parfaite à part un GROS point d'interrogation : un plancher de premier étage tout déformé, le sol en pente. Et avec notre niveau de connaissance en maçonnerie (équivalent à 0), on sait pas si c'est grave ou pas, si c'est améliorable ou pas, et si oui, à quel prix... Bref, pas plus avancés. Du coup, on va essayer de visiter d'autres maison, on continue de regarder les annonces, et on verra...

* Cette année, on partira pas en vacances, du coup, les Vieilles Charrues se sont incrustées dans notre planning estival. Au programme : -M-, Elton John, Phoenix, Féfé (que je refuse de rater cette année, en 2010, un apéro à rallonge m'a fait le louper !), et surtout plein d'autres groupes qui ont l'air connus mais dont les noms ne me disent absolument rien, ce qui me fait me sentir terriblement vieille et au niveau 0 de la hype... Mais on sait que de toute façon, ça sera un bon moment. Et ça peut, vu le prix... La première fois que j'ai fait les Charrues, j'avais payé 66€ le pass 3 jours ; 110€ cette année...

* Vendredi, c'est les vacances ! Encore, et oui. Elle me paraissent d'autant plus rapprochées que la semaine dernière, je n'ai pas eu de cours (voyage d'études). Et donc oui, je trouve le moyen de tomber malade pile au moment où je bosse, normal...

* Bon allez, je résiste pas, je me suis fait une manucure dont je suis trop fière, même le Normand a trouvé ça joli, c'est dire ! Faite samedi soir, elle a résisté aux douches, aux vaisselles et même à une journée de grattage intensif de potager !
Galaxy nails !


Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 27 mars 2013

Mug cake citron mangue passion

Le mugcake, c'est un peu le graal du-de la gourmand-e feignasse : on mélange quelques ingrédients dans un mug, on passe au micro-onde 1 ou 2 minutes, et on déguste !

Parfait pour le goûter, ou le soir devant Top Chef (je suis toujours super frustrée si j'ai pas un bon truc à manger quand je regarde des chefs préparer de trucs de fou).

J'ai déjà testé plusieurs fois le mug cake au chocolat ou le mug cookie (recettes trouvées ici), mais l'autre jour, j'avais pas envie de chocolat (oui oui, ça m'arrive !), du coup, j'ai improvisé.

J'ai donc tenté le mug cake au citron : j'ai zesté, mélangé, cuit et goûté ; ça manquait d'un petit plus et je me suis souvenue que j'avais du coulis mangue passion dans un placard, et là, c'était parfait !


Et comme je suis gentille, je partage la recette !

Mug cake citron-mange-passion
(1-2 personnes)

15 g de beurre
20 g de sucre
1 œuf
30 g de farine
1/2 cuillère à café de levure
2 cuillères à soupe de lait
le jus d'1/2 citron + zeste

Faire fondre le beurre dans le mug, puis mélanger avec le sucre. Ajouter l'œuf et mélanger, puis la farine et la levure. Bien mélanger, puis ajouter le jus de citron (pas forcément tout le jus du demi citron, sinon, la pâte sera trop liquide) et le zeste. Ajouter le lait et bien mélanger une dernière fois.


Attention, détail : si vous avez pas un GROS mug, je vous conseille de mettre la moitié du mélange dans un autre mug, sinon, ça risque de déborder.

Et ensuite, 1mn-1mn30 au micro-onde à pleine puissance (le temps dépend de votre micro-onde ; contrairement au mug cake au chocolat, si toute la pâte n'est pas cuite, c'est pas top), et y'a plus qu'à ajouter le coulis. 

(J'ai pas encore testé de variante, mais je pense que ça peut aussi très bien se marier avec un coulis de fruits rouges ou d'abricot.)



Bon appétit !
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 20 mars 2013

"Les filles c'est nul"

Je met bien les guillemets, parce que l'objectif de cet article, c'est justement de montrer que cette phrase n'a pas de sens !

Les filles, c'est double nul
Pourtant, j'avoue, cette phrase je l'ai déjà prononcée, je l'ai déjà pensée... J'y repense en ce moment, parce que j'ai lu ce week end un article à la fois passionnant et affligeant : Mar_Lard, gameuse et féministe active, a écrit sur le blog Genre ! un long texte très fourni sur le sexisme dans le milieu "geek", à base d'exemples très variés, je vous le met en lien ici. C'est très long, prévoyez un bon moment pour le lire, mais au delà de l'aspect choquant des insultes et harcèlements présentés, ça amène à réfléchir sur beaucoup de chose. Notamment, dans les commentaires sous l'article, sur Twitter et Facebook, y'a quelque chose qui est ressorti et qui m'a interpellée, parce que je me suis sentie concernée.

L'article parle du fait que dans ce milieu, il est courant quand on est une fille de ne pas être prise au sérieux, d'être sans cesse ramenée à son physique/ses attributs féminins/"manque" d'attributs masculins, de se voir sans cesse rappelée qu'en tant que femelle, on se doit d'être douce, délicate, pompette avec gorgées de kir royal, qu'on doit aimer le rose et le sucré mais en même temps, on est de sacrées hypocrites, des allumeuses, des commères, des jalouses, etc. Et surtout, dans les commentaires que j'ai lu, on évoque les filles qui entrent dans le jeu du sexisme en reprenant ces clichés.

Je suis moi-même passée par cette phase (et je sais que je ne suis pas la seule) où je revendiquais fièrement le fait de ne pas être "une vraie fille", d'avoir plus d'amis que d'amies (même si, quand j'y pense, ça n'a jamais vraiment été le cas). Quand j'y repense, j'en suis plus si fière.

Je me souviens notamment d'une soirée où des potes avaient tourné une vidéo graveleuse, une sorte de parodie de téléshopping à base d'outils et d'emploi inapproprié (voilà voilà...)  et au moment de la visionner (j'étais la seule fille au milieu d'un groupe de gars), un des mec dit "Oula, faudra pas montrer ça aux filles, hein" ! J'ai donc levé un sourcil étonné, pour m'entendre répondre : "Oh, mais toi, c'est pas pareil, t'es pas une vraie fille". J'avais été super flattée, trop contente de me sentir bien intégrée à ce groupe, et pas ramenée à tous les clichés cités au-dessus.

Comme si c'était moins valorisant d'être fille. Ou comme si le fait de faire des blagues de cul et d'avoir une bonne descente minimisait mes deux chromosomes X (d'ailleurs, est-ce qu'on peut vraiment définir le fait d'être une fille par ses deux chromosomes X ? C'est encore une autre question...).

penelope-jolicoeur.com

Je crois que tant qu'on a pas un regard critique sur notre société (les films, la pub, les livres, les jeux vidéos...), on intègre bien trop facilement tout ces clichés sur notre genre, sans même s'en rendre compte. Je suis sûre que je ne suis pas la seule à avoir eu des réticences à intégrer un groupe de filles en pensant que l'ambiance allait être tendue et à me dire que "avec les gars, c'est plus simple, c'est moins prise de tête.

Alors certes, des fois, ça arrive qu'un milieu très féminin soit difficile à vivre (n'est-ce pas Habana ?), mais est-ce que c'est vraiment lié au statut féminin des personnes qui le compose ? Et pas tout simplement aux caractères des personnes ? Ou alors, c'est parce que les membres de groupes ont eux/elles-mêmes intégré toutes ces images d'Epinal de "la fille", et voient systématiquement leurs collègues comme des commères, des jalouses ? Partant sur le principe que l'ambiance va être mauvaise, c'est dur d'arriver détendu-e et convivial-e et de sympathiser.

Ceci est une harpie
Franchement, avec toutes les filles adorables que je connais, j'ai du mal à imaginer qu'elles sont toutes de potentielles connasses, ou alors j'ai tiré le gros lot, et je ne connais que les exceptions qui confirment la règle ! J'en connais aussi, des filles que j'aime pas, a priori, à peu près autant que des gars : comme on dit, y'a des con-ne-s partout.

Actuellement, je bosse dans un environnement très très féminin et je vais bosser avec plaisir. Pas de tensions, pas de jalousies quelconques. J'ai deux classes dans lesquelles j'enseigne : l'une composée de 90 % de filles, l'autre de 70 % de gars.

Dans la première, l'ambiance de classe est très bonne, tout le monde se parle, les binômes varient à chaque projet, personne n'est mis de côté, et la dynamiques est bonne. Dans la deuxième, il y a ceux-celles qui se parlent, et ceux-celles qui sont mis de côté, aucun partage, des moqueries, pas d'entraide, bref, pas la joie. Tout le contraire de ce à quoi on pourrait s'attendre finalement...

Alors dites-moi, vous aussi, vous êtes passées par ce stade du "je suis pas une vraie fille/les filles c'est nul" ? Vous l'expliquez comment ?
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 18 mars 2013

Fan de thé

Ca manque terriblement d'originalité, mais j'adore le thé. La variété des thés en soi (thé noir, thé fermenté, thé vert, thé blanc, thé rouge, etc.) et tous les mélanges qui peuvent exister, ça titille mon côté collectionneuse sans doute.

J'ai commencé avec les sachets de thé qu'on trouve en grande surface, et puis, sans doute un peu frustrée par le manque de variété, j'ai découvert un site de vente où on a un graaand choix de thés pour un prix plus que correct, c'est Le Palais des Thés. On peut y acheter, évidemment, des thés, nature, grands crus ou pas, des mélanges, mais aussi tous les accessoires qui peuvent être utilisés pour la préparation : boules à thé, théieres, services complets, filtres, boites etc. D'ailleurs, le Palais des Thés, c'est aussi des boutiques, mais uniquement dans certaines grandes villes de France et du monde entier (Paris, Toulouse, Nantes, Tokyo, Oslo, etc.)

Ce qui est très sympa sur ce site, c'est qu'à chaque commande, on reçoit trois échantillons qui permettent de découvrir de nouvelles saveurs, histoire de donner envie de compléter la collection !



Je suis bien loin d'avoir testé tous les mélanges disponibles (et pourtant ça commence à faire un moment que je commande sur ce site), mais je commence à avoir mes ptits préférés.

     * Le Genmaicha

C'est un grand classique des amateurs de thé, que j'ai découvert dans un resto japonais à Nantes. C'est un mélange de thé vert, de riz grillé et de maïs soufflé. Les céréales donnent vraiment un goût sympa à ce thé qui est assez léger et très désaltérant. Il ne plait pas à tout le monde, parce qu'il n'est pas du tout sucré et que le goût est plutôt subtil.

     * Le Thé des Enfants

Il porte très bien son nom ! C'est un mélange de thé noir et de fruits/fleurs (pomme, hibiscus, églantine...) très léger en thé et donc en théine. Une fois infusé, ça donne une boisson très rose, un peu acide (c'est le seul thé dans lequel j'ajoute un peu de sucre) et très fruitée. Il peut aussi se boire glacé, bien rafraîchissant en été ! Et comme il est assez pauvre en théine, il passe bien en fin de journée.
(Je dis ça parce que je suis assez douillette de la caféine/théine - d'ailleurs, vous saviez que c'est la même molécule ?) - je me suis retrouvée un jour à nettoyer mon studio dans les moindre recoin à minuit et demi, parce que j'arrivais pas à dormir après avoir bu un thé chez une copine après le dîner. Je ne suis pas folle vous savez.)

     * Gibraltar

Le meilleur pour la fin : c'est vraiment mon chouchou. C'est un mélange de thé noir, d'agrumes, de miel et d'épices. Il a une odeur vraiment puissante, et une fois infusé, il tient ses promesse et a beaucoup de goût et est légèrement sucré. (Il n'y a rien de plus énervant qu'un thé qui sent les fruits à plein nez mais qui n'a qu'un goût de flotte. Oui oui, je dénonce, j'ai pas peur moi !).

Voilà pour mon top 3 Palais des thés en ce moment. J'en ai encore plein d'autres à tester, et je varierais bien les marques aussi. J'ai souvent entendu parler en bien des Kusmi tea, mais je n'ai jamais goûté, ils sont les prochains sur la liste. Si vous avez d'autres marques à me suggérer, je suis preneuse !

Ah, et puis, avant de finir, je voulais parler d'un truc génial, que j'ai reçu en cadeau d'anniversaire il y a quelques semaines : la théière électrique !


Ca fait un moment que ça existe, j'en suis bien consciente, mais je n'avais jamais testé, et jusqu'à maintenant, je voyais pas trop l'intérêt. Et puis j'ai essayé, et en fait, c'est super pratique : on met le thé dans une espèce de panier, et de l'eau dans la théière. L'eau bout et remonte sous forme de vapeur dans un tube métallique qui va jusqu'au panier et elle se condense et retombe dans la théière en passant par le thé. Ce cycle dure environ 5-10 minutes, puis ça s'arrête tout seul, ce qui évite que le thé soit trop infusé, par contre, ça garde tout ça au chaud, et c'est parfait pour les petites têtes comme moi. (Que celui-celle qui n'a jamais oublié son thé en train d'infuser et s'est retrouvé avec un truc froid et amer me jette le premier sachet de thé).

Sur ce, je vais me préparer une petite tasse ! Bisous !

Rendez-vous sur Hellocoton !

jeudi 7 mars 2013

Journée DES DROITS des femmes

Ce matin, j'ouvre Facebook, et là, ça manque pas : "Journée des femmes", "Bonne fête les femmes". Sur Twitter, c'est pire, c'est la foire à la blague macho vaseuse qui était déjà dépassée y'a plusieurs années...

Bref, j'ai décidé que c'était le jour idéal pour faire mon "coming out" féministe. Oui, parce qu'aujourd'hui encore, pour la plupart des gens, être féministe, c'est être une lesbienne hystérique, poilue, misandre, c'est vouloir "la fin des hommes", ne pas vouloir d'enfants et bosser 20h par jour...

Mais non les gens ! Être féministe, c'est vouloir le choix et l'égalité de ces choix entre hommes et femmes. C'est avoir le choix de dédier sa vie au travail, ou d'être parent au foyer, ou de faire les deux, ou même aucun des deux. C'est avoir le choix de se maquiller ou pas, qu'on soit homme ou femme, avoir le choix de ne pas s'épiler sans que ça passe pour un manque d'hygiène.

source : lyon.fr
Donc oui : je me maquille et je suis féministe,  j'aime cuisiner et je suis féministe, je veux des enfants et je suis féministe, je veux pouvoir prendre un congé parental pour les allaiter et je suis féministe.

D'ailleurs, pour continuer avec les clichés débiles, je bois de la bière et je suis une femme, mon épilation est parfois approximative/inexistante et je suis une femme, recevoir un bouquet de fleurs ne me fait ni chaud ni froid, et je suis une femme.

Ca fait peut être un peu "enfonçage de portes ouvertes", mais il me suffit d'ouvrir ma boite mail et de voir toutes les réductions pour des fringues, du maquillage, des fleurs pour voir que visiblement, le principe du 8 mars a échappé à beaucoup de personnes...

Tant que des gens hurleront au scandale en mode "c'est pas juste, y'a pas la journée de l'homme", il faudra le rappeler qu'aujourd'hui encore, à poste et compétences égales, une femme peut gagner jusqu'à 20 % de moins.

Aujourd'hui encore, il est courant d'entendre que "une jeune fille n'a rien à faire sur un poste à responsabilité" (c'est du vécu...).

Aujourd'hui encore, une femme en minijupe qui s'est fait agressée sexuellement "l'a un peu cherché".

Aujourd'hui encore, un jeune cuisinier participant à un célèbre concours télévisé t'explique que "lafâme" aime manger léger (oui oui, même la culturiste qui a deux fois sa masse musculaire), "lafâme" préfère les fruit aux gâteaux, et "lafâme" va aimer son plat "parce qu'il est rose, hihihi".

Et encore, tout ça ce n'est qu'un échantillon, tout ça ce n'est qu'en France, je ne te parle même pas du reste du monde, de l'excision, des mariages forcés, du droit de vote, du droit au travail, du droit de vivre tout simplement.

Si on pouvait penser à tout ça, agir contre tout ça un peu plus qu'une journée par an, ce serait parfait, mais si tout le monde pouvait y penser ne serait-ce qu'aujourd'hui, ce serait déjà pas mal...

EDIT : haan, j'ai oublié un des trucs dont je voulais parler dans le cadre de ce thème : CAUSETTE ! J'en avais ras le bol des magazines féminin classiques qui te font complexer parce que t'es trop grosse, pas assez débridée de la culotte, pas assez bien maquillée...

J'ai donc découvert Causette chez une copine, et j'en suis fan. C'est intéressant, intelligent, pas bourré de pub, bref, lisez-le !
causette.fr

Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 6 mars 2013

Easy nail art, Bourjois x Pshiiit

Depuis quelque mois, je suis un peu tombée dans l'addiction aux vernis à ongle et au nail art. Avant, quand j'entendais nail art, j'imaginais un truc du genre :

Graaaou...
autant dire un truc difficilement sortable...

Et puis, je sais plus trop comment, je suis tombée sur le blog de Pshiiit, et là; PAF, révélation : le nail art, mais c'est génial, je suis fan, et c'est tout à fait portable das la vie de tous les jours !

D'où l'apparition, ici, de quelques photos de mes ongles de temps en temps.

Récemment, la blogueuse Pshiit a sorti, en partenariat avec la marque Bourgeois, un "kit easy nail art", sur lequel j'ai louché un moment. Et puis l'autre jour, alors que j'achetais tranquillement mon petit repas du jeudi soir à Laval, je suis passé devant un Nocibé, et je suis entrée, "juste pour voir". C'est donc en toute logique que j'en suis ressortie avec 4 nouveaux vernis et le fameux kit ! (et encore, j'ai résisté mais j'ai failli craqué sur un vernis Chanel (beeeeeeau) (mais cheeeeeeer) (d'où le non craquage).

Bref, à quoi donc ça ressemble le kit Easy nail art ? Tout bêtement, à ça :

Kit easy nail art, acheté 8€ chez Nocibé
1 rouleau de striping tape argenté (pour les non-accros, un ruban adhésif très fin et coloré), une planche de pochoirs et une planche de stickers (oiseau, étoile, tête de chat et petit noeud). Assez basique, mais de quoi réaliser des ptits trucs sympa facilement.

Et voilà ce que ça  sur mes petites mimines :

excusez la qualité de la photo, mais c'est la seule où j'ai réussi à capter les reflets holo du gris...
C'était l'occasion de photographier un vernis dont je suis trop fan, un gris holographique de chez Kiko (quand je le pose, je passe la journée à remuer mes doigts sous mon nez (et sous celui de ma collègue vernis-addict) tellement je kiffe ces irisations !). Le noir, bon ben, c'est un vernis de chez Pimkie, voilà quoi (pas franchement couvrant comme on peut le voir, mais bon, ça passe).

(Par contre, un souci avec ce striping tape : c'est mignon tout plein, mais DIDIOU comment on fait pour que ça tienne plus qu'une journée ?! Un passage sous la douche, et les extrémités se décollent et rebiquent, même avec une bonne couche de top coat. Si quelqu'un a une solution à me proposer, je suis preneuse.)
Rendez-vous sur Hellocoton !

Ravalement de façade

Gros ménage de printemps ici, j'ai décidé de faire un peu de changement (oui, encore) !

Et grosse fierté, j'ai un peu bidouillé le code HTML pour obtenir ce que je voulais, sans tout faire planter. Je peux enfin assumer ma "compétence en programmation HTML" fièrement affichée sur mon CV ! (messieurs S. et G. de l'ENITA seraiet fiers de moi ^^)
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 7 janvier 2013

Fini de chouiner, on se bouge !

Comme je le disais dans mon post précédent, 2011 n'avait pas été une très bonne année. Pourtant, il y a une chose dont j'ai été fière cette année-là : après des mois, et même quelques années à pleurnicher à chaque fois que mon chemin croisait celui d'une balance, j'avais réussi à me mettre un coup de pied au fondement.

Grâce à une méthode aujourd'hui très décriée (et dont je connais bien les avantages et les inconvénients, je ne veux pas relancer le débat), j'avais réussi à perdre 12 kilos en l'espace de 3 mois et demi. Le fait de me lancer dans ce régime m'avait fait prendre conscience que mes habitudes alimentaires étaient vraiment mauvaises avant, et j'en avais pris de nouvelles qui m'ont permis de reprendre une alimentation normale sans reprendre de poids.

Oui, chouette, pas de reprise de poids ! Sauf que ça a pas duré plus de 4 mois... Ma relation à la nourriture n'est pas toujours très simple, et 2012 et tous ses chamboulements, même très positifs,  m'ont un peu perturbée. 

d'abord, je me suis retrouvée à vivre toute seule dans une chambre au-dessus de mon bureau, à bosser comme une tarée pour boucler mon dernier mois de boulot. Et qui dit "juste une chambre", dit "popote pas facile". En gros, j'avais une bouilloire et un micro-onde, je me suis donc nourris à base de conserves et plats cuisinés, avec tout ce que ça implique au niveau nutrition (trop de gras, trop de sucre, trop de sel) et surtout, ça m'a bien frustrée, moi qui adore cuisiner ! Du coup, j'ai recommencé le grignotage. Ce premier mois de craquage a pas vraiment eu de conséquences niveau poids, je n'ai repris aucun kilos, par contre, ça a amorcé une reprise des mauvaises habitudes.

Après ce mois de boulot très intense, j'ai enchaîné une période de chômage de 5 mois, toute seule à la maison la plupart du temps, et même si cette pause m'a fait beaucoup de bien au début, je me suis rapidement ennuyée, et moi, quand je m'ennuie, j'ai juste envie de manger, et plutôt du gras, du sucré, du salé pour bien faire les choses ! Alors, pour ne pas m'ennuyer, j'ai trouvé une occupation : la pâtisserie. #FAIL ! Parce que, de un, quand je cuisine, je goûte (un peu, beaucoup, voire passionnément, et même à la folie !) et de deux, le Normand est pas très pâtisserie, je me retrouve donc à manger à moi toute seule ma tournée de cupcake, mon quatre-quart ou mes éclairs au café...

Ajoutez à tout ça une bonne dose de stress due à  la recherche de boulot, puis au suspens autour de la confirmation ou non de mon affectation à la rentrée, puis au début de ce nouveau boulot : c'est le drame !

Bilan : fin septembre = + 5 kg. Du coup, j'ai (re)commencé à psychoter, à stresser, et donc à grignoter. En plus, les mois de novembre-décembre ont été plutôt riches socialement, beaucoup d'apéro et de grandes bouffes, des réveillons, des repas de Noël gourmands et multiples, je suis achevée : 3 kg à ajouter aux 5 précédents !

Et franchement, ça me gonfle, au sens propre comme au sens figuré. Du coup, aujourd'hui, jour de reprise, début d'année, bonnes résolutions, toussatoussa, je dis merde à la boite de Ferrero, de rochers choco-coco, aux pâtes de fruits et bonjour les gentils légumes qui attendent sagement dans le potager ! Et je l'écris ici, histoire d'avoir des témoins et de pas, encore une fois, repousser le coup de pied au Q ! Motivation !
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 2 janvier 2013

Au revoir 2012, bonjour 2013 !

Pas très original en ce début de nouvelle année, mais j'avais envie de faire un peu le bilan de l'année écoulée. Personnellement, 2012 aura été une très bonne année pour moi.

(attention : pavé !)
Mouarf !

Après une année 2011 toute pourrie (boulot de merde, chef étouffant, vie sociale proche de zéro, le Normand au chômage depuis 1 an et demi, dépression et compagnie), j'avais beaucoup d'espoir pour 2012 et j'ai pas été déçue.

La première bonne nouvelle est arrivée vite : mi-janvier, le Normand passe un entretien pour un CDD de 6 mois en Bretagne et est pris ! A la clé, une grosse prise de décision : possibilité pour moi de prendre un congé sans solde à durée indéterminée pour le suivre, sachant que du coup, en septembre, on peut se retrouver tout les 2 sans boulot, avec uniquement ses allocations chômage, soit une situation un poil tendue. Mais à ce moment-là, mon état psychologique est tel que c'est la seule solution que j'envisage pour tenir le coup.

Ma mère nous soutient à fond, mon père ne l'exprime pas, mais je le sens un peu stressé pour nous, les parents du Normand envisagent la possibilité qu'il parte bosser en Bretagne et que je reste dans l'Aveyron (c'est MORT, je tiendrai pas), des amis expriment à voix haute tous nos doutes, mais après une courte période de réflexion, la décision est prise : on s'en va !

Du coup, tout s’enchaîne super vite : le Normand confirme, j'annonce à mon chef la décision (qui au passage m'en a bien fait bavé en mode mi-culpabilisation mi-mise de côté...), on donne le préavis au proprio, en part en mission recherche de logement en Bretagne en 4 jours chrono (fin février pour une installation le 1er mars : bien tendu !), on réserve le fourgon pour le déménagement, j'organise mon départ, je prépare mon successeur, je finis mon boulot, je fais quelques concessions pour prouver ma bonne foi.

Le 1er mars, on déménage de l'Aveyron vers la Bretagne : départ à 5 heures du matin, le Normand dans le fourgon, moi dans la schtroumpf-mobile chargée à bloc, arrivée en début d'aprem, déchargement, aidés par beau-papa et beau-frère, dodo sur place et pour moi, retour dans le sud dès le lendemain matin, j'ai encore un mois de boulot avant d'être libérée !

Du coup, ce dernier mois de boulot à été INTENSE : je logeais dans une chambre à l'internat des apprentis, au dessus de mon bureau, du coup, j'avais pas beaucoup de divertissements. En gros, j'ai bossé au moins 6 jours sur 7, de 8h à 21-22h, bien stressée mais motivée pour boucler le gros dossiers, sachant que le bout du tunnel était pas loin.

Et puis le 3 avril, c'était fini ! Retour en Bretagne, début d'une nouvelle vie, la bonne cette fois !

Après avoir passé globalement un bon mois de vraies vacances, à aménager notre nouvelle maison, en profiter pour retrouver des ami-e-s, je suis rapidement entrée dans la phase : trouver un nouveau boulot !

Là encore, 2012 a été gentille : j'ai rapidement su que j'avais 2 possibilités de boulot, dans mon domaine de compétences en plus (en toute relativité hein !) : j'avais postulé sur un poste de prof éventuellement disponible à la rentrée, et en rendant visite au directeur du lycée en question, j'ai eu la chance d'apprendre qu'un autre poste serait de toute façon libre, en gros, j'était quasi sûre d'être de retour pour de bon dans la fonction publique en septembre 2012.

Quasiment et pas à 100 %, parce qu'encore une fois, tout ça n'a pas suivi le cheminement classique, il a fallu envoyer des mails, passer des coups de téléphone, et croiser les doigts pour que tout se passe comme prévu. Finalement, ce n'est pas le poste que je visais au début que j'ai eu, mais pas de souci : depuis la rentrée 2012, je suis donc prof. Ce n'est pas une vocation, je ne pense pas faire ça toute ma vie, loin de là, mais globalement, je suis super contente d'être là où je suis, les conditions sont super, mes matières sont intéressantes, et j'ai plein de sujets de conversation tous neuf qui font bien rire les copains et la famille ^^

Du coup, première problème réglé : on n'allait pas être tous les 2 au chômage en septembre ! Le CDD du Normand arrivait à sa fin le 31 août, mais première bonne surprise : prolongation d'un mois ! Et même un double effet kiss cool : il a été repris pour quelques jours fin octobre. Au final, le vrai chômage commence tout début novembre, mais déjà, il envoie 2 CV pour 2 offres d'emploi qui semblent faites sur mesure.

Pour le 2ème, la DRH appelle dès le lendemain de l'envoi pour un entretien quelques jours plus tard. Puis, un 2ème entretien avec le grand chef cette fois, on commence à y croire, mais on essaie de pas trop s'enflammer ! Et puis enfin, une proposition qui laisse beaucoup d'espoir : faire 3 jours de test dans l'entreprise. A ce moment-là, on y croit à fond, sans oser le dire, de peur d'être déçus. Le chef doit rappeler le lendemain du 3ème jour pour confirmer ou non. Il appelle finalement à 19h (après une journée de STRESS avec un graaaaand S)... pour confirmer ! Le Normand est pris en CDI (ouiii !) pour un boulot parfait pour lui ! Aujourd'hui, il commence donc son premier jour de boulot, il va récupérer sa voiture et son smartphone de fonction (clâââsse) et on est CONTENTS !

Une année 2012 dont tous les changements ont été basés sur nos 2 boulots, et qui nous ont permis de retrouver une vie qui nous convient : proches de la famille, proches de plein d'amis, on a pu revoir plein de gens qui nous avaient bien manqués, on est pas loin d'une de mes 2 villes préférées, on a repris le sport, bref tout va bien.

Tout ce que je peux souhaiter pour 2013, c'est que ça continue (et puis, je souhaiterais bien une autre petite chose, mais le Normand a son avis à donner et pour le moment, il attend encore (crypto-phrase qui ne sera comprises que par ceux z'et celles qui me connaissent bien ^^).

Et pour vous qui avez eu le courage d'arriver au bout de ce post fleuve, je vous souhaite plein de bonheur, la réalisation des projets qui vous tiennent à coeur, trouvez votre voie, soyez vous-mêmes, faites vous plaisir et je vous embrasse fort (très fort) !

source : realmabovetheclouds

Rendez-vous sur Hellocoton !